Sabaï Dii Mekong – Premiers pas au Laos

 

Pakbeng vue sur le Mékong.

Pakbeng vue sur le Mékong.

Depuis Pakbeng, on prend un bateau pour aller à Luang Prabang. Il nous a suffi de trois jours pour visiter Luang Prabang. Le premier jour, à pied nous avons vu le musée des ethnies . Il était jolie et j’ai pu écouter leurs musiques traditionnelles. A la fin, au coin jeu du musée, on s’est déguisé et on a fait un puzzle de toutes les ethnies du Laos (les Hmongs, les Akkas…). On descend manger sur les bords du Mekong et on se boit un bon jus de fruits.

Dans le musée du palais royal, on a vu les cadeaux offerts par tous les pays du monde au roi du Laos. En 2017, il n’y a plus de roi au Laos.

Le deuxième jour, on loue deux vélos pour aller explorer l’autre côté du Mekong. On prend le bac (bateau qui sert à transporter des véhicules), on part voir un temple et une grotte. J’ai bien couru quand les pentes étaient trop raides ! Au retour côté Luang Prabang, on se déguste un sandwich avec du vrai pain. On visite temple Wat Xieng Thong le plus joli du Laos avant d’aller faire un plouf dans notre piscine d’hôtel. Nous allons ensuite voir le coucher de soleil sur le pic qui domine la ville.

Tous dans le bac.

Tous dans le bac.

Le troisième jour, on loue un scooter pour aller voir des chutes. Il y avait des bassins pour se baigner et une très grande cascade. L’eau était fraîche. On croise une française avec son fils Gabin. Après on est allé voir des ours à collier. Les bébés étaient très mignons, ils s’amusaient bien dans leur grand enclos.

Classe, la baignoire.

Classe, la baignoire.

Quand on est revenu, on a voulu aller se baigner. L’eau était fraîche et le soleil allait bientôt se coucher. J’ai dégusté du bon fromage (du bleu) et on est parti voir le coucher de soleil sur le Mekong.

Le lendemain matin, on a pris un bus pour Vang Vieng.

 

La ville de Pakbeng somnole quand nous débarquons avec le bus local. Cette petite bourgade au bord du Mekong a un certain potentiel touristique mais elle ne sert presque qu’exclusivement de point de chute pour la horde de touristes qui font les deux jours de bateaux entre Chang Raï et Luang Prabang.

Nous profitons donc du calme de l’après-midi pour grimper sur un petit promontoire pour admirer le célèbre fleuve. Des écoliers font leur pause goûter sur notre passage et sont ravis de nous escorter.

Viva la récré !!

Viva la récré !!

Avant le débarquement touristique des « long boat », nous observons les locaux se mettre en action pour la soirée.

La température est ici plus fraîche. A l’heure où nous rejoignons le convoi de voyageurs en grimpant dans les bateaux, on se rend vite compte qu’on a laissé nos plus grosses laines en soute. On a eu froid pendant les huit heures qui nous séparaient de Luang Prabang. Le paysage était beau, mais la vie des tribus a déserté le fleuve et nous n’avons croisé que très peu de locaux au fil de l’eau.

On a un peu écourté notre séjour dans cette belle ville du nord car nous n’avions rien réservé et ce fut une erreur. En ce samedi soir, nous avons bien tourné 2h en ville avec notre paquetage pour dénicher une belle pension dans une ancienne bâtisse coloniale, malheureusement un peu chère pour notre budget.

Night market à Luang Prabang.

Night market à Luang Prabang.

La ville est une ancienne capitale du temps des colonies françaises et les repas et balades sur les bords du Mekong sont très agréables malgré les nuages et la fraîcheur toute relative (entre 15 et 28°C). On utilise enfin nos vêtements chauds !

Le site de Kuang Si que nous partons découvrir par nos propres moyens, en scooter, est génial ! Magnifique bleu turquoise des eaux dans des successions de bassins à étages, le tout cerné d’arbres majestueux. Nous avons également observé avec tendresse les ours à colliers sauvés des braconniers et nourris ici avec soin. Le clou du spectacle était sans conteste la somptueuse chute de Kuang Si sous les pleins feux d’un soleil de retour qui invite à la baignade.

 

Apparitions matinales.

Apparitions matinales.

Avant de reprendre le bus en direction de Vang Vieng, nous souhaitions assister au rituel quotidien des moines bouddhistes. C’est donc à 6h que nous avons émergé. Notre guest house se trouve dans une ruelle calme. A peine sortis, nous apercevons les premiers habitants agenouillés au bord de la rue, attendant le défilé des moines. Par groupes de 10, les moines ont recueilli leur obole, se sont arrêtés pour chanter une prière et sont repartis comme ils étaient arrivés : discrets, rapides et silencieux. Ces apparitions oranges dans la sombre matinée avaient réellement un côté mystique.

Nous nous sommes déplacés dans la rue principale parallèle. Là, l’ambiance était complètement différente. Pas de chants, mais des touristes « imbéciles » se comportant comme des visiteurs de zoo, cherchant à photographier au plus près les moines pendant leur rite. Cette tradition est belle et fait parti du patrimoine mondiale, il est navrant que certains ne prennent pas le temps de lire les recommandations sur la manière de se comporter pourtant largement diffusées…

L’étape de Vang Vieng ne dure que 24h pour nous offrir une escale sur une belle route qu’on préférait voir de jour.

 

Vang Vieng. Penser à y revenir...

Vang Vieng. Penser à y revenir…

Les montagnes calcaires (tels des pains de sucre) et la rivière Nam qui les traverse offre à cette bourgade un cadre splendide et de nombreuses activités. La ville est en pleine reconstruction depuis 2012 car les autorités ont mis un terme à des années de débauches psychotropiques. La ville était devenue le nouvel Eldorado des jeunes routards-fêtards.

Il faudra qu’on y reviennent avec des ambitions plus sportives (treks, kayak, escalade).

Cette fois on débarque en tuk-tuk dans la capitale Viangchan (rebaptisé Vientiane par les français) après avoir attrapé notre songthaew comme des locaux au bord de la route que nous foulions joyeusement en direction du terminal de bus.

 

Dans les rues de la capitale.

Dans les rues de la capitale.

Cette capitale possède peu d’attraits hormis ces temples, mais pour tout dire, on commence à en avoir trop vu. Notre chambre est bon marché et ressemble plutôt à une cellule monastique. C’est donc religieusement que nous consacrerons nos trois jours à profiter…de la gastronomie. Vive les restaurants : indiens, italiens, français, vietnamiens et bien sûr laotiens.

 

Laos - En suivant le Mékong
Album : Laos - En suivant le Mékong
du 25/11 au 03/12
75 images
Voir l'album

Une réponse à “Sabaï Dii Mekong – Premiers pas au Laos”

  1. YAN 5 décembre 2017 à 20 h 10 min #

    Salut le Laos,

    Vous allez trop vite les amis, je voulais vous lancer un défi avec les ours à collier, mais en quelques jours vous avez traversé la moitié du Laos…

    Tanpis Olivier (ou Laeti) doit se raser le torse de manière à arborer un beau collier comme les ours que vous avez croisé. Je veux bien une photo de Gaêl lui lançant des bananes ou autres gourmandises appréciées des ursidés. Sinon comme le font les ours en forêt, une belle scène de grattage contre un tronc après y avoir frotter ses griffes.

    A vous de jouer.

Laisser un commentaire

Equateur découverte |
Stephaneetlucieautourdumonde |
Sophie et ses voyages |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Systembody4
| 14shadesofgreece
| Lescornuaupaysdusoleillevant